Post in social webs

A- A A+

Le développement comme un facteur d’évolution, de science et de société

vendredi 9 mai 2014 21:40 | Affichages : 1301 |


Un article étendu dont la base est la recherche "Le développement comme un facteur d’évolution, de science et de société" fait par les représentants de "La Nouvelle Politique de Jeunesse" pendant le colloque de la Jeunesse Internationale "La Jeunesse, la Science, l’innovation" à Kazan en 21-23 avril 2014. Les représentants de "NPJ" de Belgique et d’Allemagne sont Ivan Danilov et Ekaterina Danliova, du Canada – Alexei Mankovski. Le colloque a eu environ 120 délégants de 44 pays, commencent par la Nouvelle-Zélande jusqu’à Costa-Rica. Il y avait les étudiants, les aspirants, les jeunes savants, et les initiateurs sociaux.

Pour voir et comprendre mieux tous les détails du sujet – nous ferons une petite excursion dans l’histoire du développement de la civilisation de notre planète.

L’évolution de la société avait pris le trajet du développement de Tech sphère.  Abstraitement, ce trajet on peut regarder comme les étapes séparées d’un processus mondial et historique. Dans les bases de la théorie du développement stadial sont mets les idées partagés pour la première fois par Aron, Druker, Galbraith et Bell. En développant ces idées Rostow a formé une théorie du développement stadial qui a été formé pour la plupart sous l’influence de la théorie du développement informatique de la société.  Cette théorie alloue quatre étapes principales.

S’appuyant sur ce schème nous offrons une vue alternative sur le processus du ce développement, sur les caractéristiques du ce processus dans chaque étape, et ainsi nous offrons une prévision de la future forme du développement social.

1. L’étape auparavant d’étape d’industrie s'est caractérisée par la présence de quelques périodes spécifiques qui ont  les bases distinguées par leurs méthodes ménagères:

 - la première, c’est quand la société a eu une mode de vie nomade pour trouver le repas et quand on faisait principalement la chasse et la redevance;

- la deuxième période signifiait un transfert vers une agriculture sédentaire ou semi-sédentaire et l’élevage. Les arrêts changeaient juste pour trouver les terres plus neuves au milieu des terres épuisés et aussi pour trouver les pâturages avec une abondance de verdure. Tous les deux périodes sont considérés comme une manière primitive-sociale;

- les périodes assez longues d’esclavage et du féodalisme sont caractérisés par l’usage de force  musculaire d’homme et des animaux. Pendant la période du féodalisme l’artisanat se développe et la paysannerie devient la base de production.

2. La période d’industrie. La base de la théorie de la période industrielle a été mise par l’économiste R. Aron. Mais il y avait l’autres points de vues spéciales sur cette période. Par exemple, P. Sorokin a proposé l’idée de la convergence du capitalisme avec le socialisme. Cette idée a été acceptée et développée par J. Galbraith, F. Perrow, W. Rostow et J. Tinbergen avec laquelle n’était pas d’accord Aron, ni Bell. La motivation principale d’émergence de cette période était le désir d’échapper à travail manuel lourd, et ainsi pour augmenter les volumes de production. Cette ambition en retour a mené à la révolution bourgeoise  qui a établie le commence d’étape industrielle. Cette étape inclut:

а) Les inventions qui ont un niveau du développement des mœurs de la société limité. Aujourd’hui notre société expérimente une crise à cause d’écart entre les niveaux du développement technique et moral; et tous ces innovations sont juste une  revue (réévaluation, recyclage) d’expérience passée qui installe la base d’étape prochaine (l’étape optimisé);

b) L’intrusion qui est limitée par la puissance disponible, qui est caractérisé par une somme des réserves de ressources bien connues, par une aptitude au travail réduite de leur extraction et leur traitement, par l’intensité de main-d’œuvre de la production du produit final et par la transportation du ce produit à l’utilisateur final. 

La période post-industrielle ou optimale.  Pour la première fois le terme "post-industriel" a été présenté par le philosophe A. Kumarsawami. L’un des créateurs de la théorie de la société post-industrielle, Bell, caractérisait ce terme comme une société d’information. 

La motivation de cette étape pour aujourd’hui n’est pas un dégagement du temps prévu pour développer un individu comment c’était au URSS à la fin des 30 années– jusqu’à la commence des 50 années, mais la motivation est une économie des ressources complexe: les ressources temporaires et les ressources matériaux qui incluent les dépenses d’énergie, les heures d’homme (et les paiements convenables: les salaires, les temps supplémentaires, les paiements pour les conditions du travail nuisibles et pour invalidité), l'usure de l'équipement, etc. Bien que c’était mieux de remplacer les travaux manuels durs par l’atomisation de la production en cas où les conditions sont nuisibles et très nuisibles. Cette réalisation aura pu libérer les ouvriers comme une ressource. Il faut créer les conditions pour le développement du potentiel personnel et créatif d’ouvriers, pour augmenter le niveau de leur qualification. Ces approches peuvent augmenter la sécurité des travaux, la qualité du produit, prolonger le temps d’exploitation de technologie et beaucoup d’autres résultats.  

Dans sa théorie de la société post-industrielle, Rostow  alloue cinq étapes primordiales du croissement économique:

(1) la société traditionnelle,

(2) la société transitive,

(3) l’augmentation,

(4) le murissement vite

(5) "Le siècle de la consommation par la masse du niveau haut"

Et au contraire de Bell il croit que c’est la future de la société post-industrielle qui sera informative, et plus spécifiquement - technotronical.

4. Post-industriel.
Vraiment la production de la technologie, automatisation généralisée et la robotisation sont les réalités de nos jours par tout le monde.  En même temps, comment c’était conclu par Rostow, la société de notre planète a fait face à crise économique qui a commencé en 2008 et qui n’arrête pas jusqu’à maintenant. Aussi nous faisons face à la crise écologique avec un grand spectre des problèmes, et aussi à une crise mondiale sociale. Cette condition fait nous penser sur la justesse du trajet choisi du développement de techno sphère.

Est-ce que la science va dans une direction correcte? Pour répondre à cette question il faut comprendre comment se développe la science et la société, et plus important – ce quoi que les meut.

DONC, C’EST QUOI QUE MEUT LE DEVELOPPEMENT DE LA SOCIETE?

A nos avis, c’est la culture qui meut comme une certaine combinaison de règles sociales, tout d’abord – les idées qui dominent dans les esprits des gens – les représentants de cette culture. C’est précisément la culture qui forme l’intonation du développement de tous les instituts scientifiques qui au ce tour forment les standards éducatifs pour toutes les  industries et les niveaux d’enseignement différents (primaire, intermédiaire, supérieur). Ces niveaux  génèrent une science spécifique dévouant de donner à la société les réponses sur les résolutions des problèmes et les crises, et aussi pour donner à la société un approvisionnement informatique nécessaire pour avoir une vie et un développement  à valeur requise. Sur les bases de ces standards éducatifs et sur l’approvisionnement informatique se produit la préparation et rééducation professionnelle de toutes les bases actives dans toutes les industries d’activité vitale.

C’est précisément au niveau scolaire où se forment les conceptions du monde de la nouvelle génération qui comme un éponge  absorbe toute l’information d’ambiance. La nouvelle génération des bases actives en développant l’expérience de la génération passée entre la vie.  Grace aux opportunités pour découvrir le potentiel artistique et aux conceptions du monde développées, cette génération crée les nouvelles idées qui sont la base de la culture future. Comme cela ferme la spirale du développement social. Et ici surgit une nouvelle question:

Comment peut-il mouvoir le développement social selon cette spirale sans la formation de cette spirale dans un cercle fermé?

Et cette question a un lien direct aux mœurs.  Si la culture de la société développe selon le principe "vend-tu et vend-tu soi-même  avantageusement" donc le moteur et le but du développement d’économie – une base fondamentale du développement  social – est la croissance des revenus. Dans ce cas la vie de la  société devient comme un marché mondial, régional ou local où tout est pour vendre et pour acheter, y compris les parents et la patrie-mère, la question est juste à propos du prix. "C’est pas quelque chose personnel, c’est juste business!". N’est-ce pas?! Comme cela la société glisse en bas vers la dégradation.  Comment on va modifier cette question -  vitement ou lentement – cela dépende sur les plusieurs facteurs spécials.

En cas particuliers l’incapacité de franchir les erreurs et les problèmes de soi-même mènent à la stagnation des mœurs de la société, et en retour  le mouvement se passe sur un cercle fermé qui était nommé "inferno" par un auteur de fiction et un savant soviétique Ivan Yefremov.

La spécialité du développement culturel de notre  société qu’on a déjà mentionné est ce que en même temps avec la nécessité d’avoir les besognes démographiques comme: la nécessité d’avoir une maison (un demeure), le repas, l’enseignement, un loisir culturel, et aussi une révélation de potentiel artistique – il y a aussi les besognes nuisibles pour les gens qui se répandent une consommation pas intelligente. Cette consommation inintelligente n’est pas juste un "shopping" divers, mais c’est aussi toutes les autres besognes qui ne sont pas liées au l’apprivoisement de l’activité vive. Cette condition s’épuise le fond génétique,  diminue les ressources de planète, épargne milliards des gaspillages, y compris les investissements dans ces directions de science qui rendent une impasse.

Tout cela indique que pour aujourd’hui la société suit un scénario du tunnel et comme la parabole chinois a prédiqué: "Si nous ne changeons pas la direction, donc nous, plus probable, finirons notre trajet où nous allons".

Cette condition est devenue possible à cause d’invalidité ou dans une autre expression – un non-développement métrologique de toutes les théories sur lesquelles s’appuie la science moderne  tout d’abord – les théories économiques et l’absence jusqu’à début de 21 siècle d’une quelque théorie commune de gestion. En connexion à cela, les déclarations d’innovation sont juste un rideau devant qu’il y a juste l’optimisation d’expérience gagnée. Et  en matière de cela, la thèse de Bell que la société post-industrielle est une société innovante – est vraie.

Cependant dans la traduction de latin en russe le terme Innovatio en réalité signifie – une découverte de quelque chose nouvelle, dans le sens d’émergence des idées et des innovations neuves. Mais comment on peut parler de quelque chose nouvelle lorsque la société reste dans sa passé, plus spécifiquement, la société suit le scénario du tunnel?

C’est pourquoi nous offrons de penser sur le développement comme quelque chose très significative, qui sera une alternative pour les innovations.

Pour créer les idées vraiment innovantes il faut orienter la logique sociale vers la réalisation du développement robuste de la société.  Ce changement doit se passer dans les générations qui doivent avoir les besognes humaines,  naturelles, limitées démographiquement comme un but. Cette ambition demande de modifier la culture présente et surtout la culture des pensées, y compris la culture de consommation. 

Et ici nous ne sommes pas les seuls qui tiennent cette opinion. Notre opinion était exprimée en 1971 par Rostow qui a déclaré que la cinquième étape du développement n’avait pas rendu à la société les résultats préférés, car ce résultat rencontrait plusieurs problèmes parmi lesquels sont: le croissement des prix, le chômage, les cadences de la croissance économique bas, la pollution d’ambiance, les facteurs  mutationnelles de mégapole, et ainsi le croissement du crime. A cet égard, Rostow propose une sixième étape – l’amélioration des conditions de vie des gens (une recherche des moyens pour un développement en qualité).  La sixième base technologique commençante en 2011 est déjà cernée comme une époque des nanotechnologies. Selon notre imagination dépendante sur les conditions développées et analysés dans ce texte, la base prochaine du notre développement doit être pas telle technologique qu'elle doit avoir plus des concepts du monde, en bref, elle doit être méthodologique.

Quant à cela nous avons appelé l’étape future – eco-technologique. Son but doit être l’installation de la techno sphère dans la biosphère selon le principe "c’est bien pour l’économie lorsque c’est bien pour l’écologie".

Ce processus d’installation inclut:

а) déblayage de la biosphère de tous les gaspillages épargnés pendant toute l’existence de techno sphère;

b) une existence harmonique des nouvelles gaspillages dans l’environnement dont la production et inévitable à cause de notre théories  scientifiques qui ne sont pas assez développés ou intelligentes. Il faut aussi chercher un moyen d’utilisation de ces gaspillages, y compris de trouver une transportation, préservation sécures et un recyclage obligatoire;

c) une création des productions sans des gaspillages et les cycles de production fermés et plus importante leur propagation par tous les territoires en convenance de tous les biocénoses possible – une installation des produits sans du dommage pour les gens. En même temps l’ordre d’installation de ces étapes doit être contraire: la création des productions sans gaspillages – la modification d’autres productions nuisibles – l’enlèvement de "patrimoine" des générations passées.


QUELLES CONDITIONS SONT OBLIGATOIRES POUR TRANSFORMER LA TECHNO SPHERE A BIOSPHERE? 

Malgré que l’ouest est sans doute le meneur dans le développement de techno sphère, si on regarde un passage historique comme une décennie de siècles, donc on peut voir que tous événements qui se sont passés ont apporté un changement dans la base ménagère-technologique de la société.

Et qu’est-ce qu’on doit faire avec le développement du potentiel artistique, personnel de chaque personne, des habitants de planète en générale?

Malgré cela, l’augmentation de cadence du développement de techno sphère demande plus et plus d'effort physique et psychologique. Est-ce ces efforts croissent avec les exigences du temps? Pour aujourd’hui presque personne pense sur les questions de ce type, parce que ces sont les questions du développement des mœurs qui n’intéressent pas les gens et sont considérées comme pas importantes. Et puisque la plupart des langues d’ouest manque une certaine définition de moral, donc il n’y a pas une compréhension de la nécessité de développer les mœurs.

C’est précisément l’écart entre le développement technologique et moral qui a mené les pays d’ouest et avec eux le tout le monde à la crise des multi-sphères qu’on a déjà discutées.  Et dans ces conditions la Russie comme un pays avec sa civilisation indépendante a une opportunité historique de pas tellement surmonter l’ouest dans le développement technologique, mais de surmonter l’ouest plus dans le développement des mœurs, une opportunité d’être un meneur culturel de la planète et diriger  le vecteur  du développement des mœurs. Parce que nous ne sommes pas des robots comment pensent les créateurs du mouvement "La Russie 2045", nous sommes les gens:

"Et maintenant quand nous avions appris de voler dans l’air comme les oiseaux, de nager sous l’eau comme les poissons, nous manquons juste une chose: "d’habiter sur la planète comme les gens!" - J. Bernard Show.

C’est pourquoi la Russie doit offrir le développement primitif dans le sens d’incarner dans la vie l’idéal d’humanité et d'entrainer dans ce processus les nations d’autres pays, etc. le projet du mondialisation a fait face à un impasse, mais le projet du mondialisation russe – la construction de la civilisation d’humanité multiculturelle – sera accomplie.

Pour coopérer sur la réalisation de ce processus, nous offrons le projet d’Université d’enseignement eurasien international -  un projet international qui est dirigé vers la réalisation des buts suivants:

  1. La coopération pour le développement des nouveaux standards d’enseignement dont la base sera la préparation des cadres du contrôle pour les besognes futures de toute espace eurasien.

  2. Le développement et la réalisation de la modèle expérimentale qui est les habitations de la future développantes sur les bases  d’urbanisation alternatives – une urbanisation de paysage-manoir.

  3. La création des réseaux des centres de jeunesse multifonctionnels  dont les bases vont organiser les événements divers, internationaux, régionaux et municipaux.

Nous sommes ouverts pour la coopération sur la réalisation du ce projet avec tous les gens qui sont intéressés au ce projet et qui voudraient participer.

 

Vous pourriez aussi lire l’article de la deuxième recherche qui était présenté pendant le colloque à Kazan: "l’énergie, la science, l’enseignement: les problèmes et les interdépendances" http://newyouthpolicy.org/fr/articles-fr/256-energie-science-enseignement

 

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir