Post in social webs

A- A A+

L’énergie, la science, l’enseignement : les problèmes et les interconnexions.

lundi 12 mai 2014 00:00 | Affichages : 7575 |

Cet article est fait sur la base du rapport d’Alexei Mankovski pendant le colloque "La jeunesse, la science, l’innovation" qui est passé en 21-23 avril 2014 à Kazan où il y avait les représantants de "La Nouvelle Politique de Jeunesse" du Canada et d’Allemagne.

Pour quelle raison existe la science?

Touchant n’importe pas quel sujet il faut commencer par l’identification des compréhensions essentielles. C’est pourquoi en parlant d’un sujet lié à la science qui est une sorte d’une combinaison des instituts sociaux, il faut commencer en répondant sur cette question: qu’est-ce que c’est la science et quel est son rôle dans la société ?

La science – c’est un moyen d’approvisionnement du contrôle dans toutes les sphères de la société, et, par la suite,  la science est la base de la culture sociale. Le rôle de science c’est de résoudre les problèmes et les crises de la culture, par les buts et les méthodes de leurs réalisation sur lesquelles cette culture est concentrée. Ainsi, la question fondamentale, "pour quelle raison existe la science?" - quelles tâches elle va résoudre avec lesquels buts. Juste après cette réponse on peut comprendre "quelle doit être la science" - quelles méthodes et moyens on peut utiliser pour atteindre les buts, et quelles méthodes et moyens on ne peut pas permettre. 

Sous l’orientation générale de recevoir maximum des revenues par les affaires privés ou par les affaires des organisations, la science aura une sorte de la qualité ; sous l’orientation générale de développer le potentiel artistique d’individu et de toute humanité fournissant une biosphère sécurisée pour les activités vivantes des hommes, sous cette orientation la science aura une sorte de la qualité complètement différente. En même temps, si la science est vraiment  indépendante  et elle est adressé vers l’avantage et le développement général, donc malgré  tous les déclarations sacrées sur ce sujet, la société ne sera toujours dans la crise, et surtout elle ne va pas l’exacerber.

Donc, quel est le caractère général de science pour aujourd’hui? Une réponse assez éloquente est reçue de la crise du système monidal (la crise écologique, financière, socio-culturelle) qui est l’évidence que la science est concentrée pour la plupart sur le commerce, sur l’idée de recevoir maximum des revenues. Mais il faut remarquer que les savants font les recherches sur les questions d’écologie et la sécurité d’environnement, cependant leurs projets ne sont pas très importants car la voix décisive appartient aux politiciens. Au niveau gouvernemental on peut plus souvent entendre la discussion à propos de la priorité "du croissement économique", mais pas à propos d’approvisionnement d’économie écologiquement sécurisée.  

Mais malgré tout, on doit commencer maintenant de résoudre la question d’écologie sécurisée d’économie mondiale car c’est un processus assez longue et compliqué. 

Qu’est-ce que on doit faire pour cela? Pour la réalisation de ce but on doit former les cycles des productions complets et fermés : on produit les objets, on les consomme, utilise, on les répare et les applique encore. Cela veut dire que les technologies pour les productions des produits doivent être sans les déchets, et tous les produits doivent être habitués pour une deuxième utilisation après la génération de ses ressources. Pourtant, cette méthode mène au renforcement d’énergie de production et à la nécessité de créer les sources de réparation qui aussi demandent les dépenses énergétiques supplémentaires. Et c’est précisément ici qu’on a la question de la base de production technique – l’énergie. 

L’Ecologie d’énergie

Pour l’approvisionnement des pouvoirs énergétiques supplémentaires dans une biosphère sécurisée et pour le transfert des pouvoirs présents à un champ écologiquement sécurisé, on doit analyser l’influence d’énergie sur l’écologie. Le critère de la sécurité écologique d’énergie – l’affirmation des biocénoses (la conversation des composants essentiels et de la diversité) pendant tous les générations, et les index des statistiques des maladies des espèces biologiques, y compris l’humanité comme un des tous les espèces biologiques. Se référant aux ces critères, l’écologie d’énergie de la civilisation technique a trois aspects:

  • Le premier – la pollution d’environnement par la décadence des produits des sources d’énergie et par la même décadence des produits des installations de génération d'énergie. En outre, on reçoit la pollution pendant les extractions des ressources. Pour aujourd’hui la plupart d’attention des savants est concentrée sur ces deux faits qu’est la raison d’intrusion dans beaucoup de pays des sources d’énergie électrique recyclable avec les émissions du carbone bas – l’énergie solaire, éolienne, géothermale, etc. 

  • Le deuxième – les rayonnes inacceptables des générateurs d’énergie et des utilisateurs d’énergie: les émissions diverses électromagnétiques et adiques. Ce sujet est souvent n’est pas considéré  ou il est considéré mais pas assez profondément et en détail comme le premier sujet. Par exemple, il y a une émission d’infrason par les électro stations du vent qui affecte l’état physique et psychologique des gens, un fait qui souvent n’est pas considéré au moment de choisir l’emplacement de construction de cette sorte d’installation. La même situation applique aux lignes de transmission. Et aussi, l’influence des technologies dont les pouvoirs sont faibles mais qui travaillent en fréquence haute (par exemple, les technologies sans le file – GSM, 3-4G, LTE, WiFi, etc) sont mal étudiés, et les mesures de sécurité pendant l’utilisation de ces technologie ne sont pas établis ou ils s’agissent juste comme  les recommandations. 

  • Le troisième aspect c’est la "oscillation" des sources naturels par les sources technologiques qui juste par soi-même peuvent mener au changement du climat, de tectonique, et par la suite – à la décomposition de biosphère contemporaine. Ce champ est presque pas étudié, mais un exemple du cette oscillation a été dévoilé pendant les 80 années du 20 siècle par le professeur Ribnikov: il a rédigé une analyse statistique des données des lancements des apparats cosmiques lourds (ACL) de cosmodrome au Florida. Dans sa recherche il montrait l’interconnexion entre le lancement des ACL, des augmentations d’activité séismique au Amérique du Nord, les conditions climatiques paranormales aux Etats-Unis, au-dessus d’atlantique et en Europe. Selon à Ribnikov l’énergie et les émissions de lancement d’ACL ne mènent pas aux ces changements indépendamment, mais ils sont dans quelque sorte "le bouton" qui commence l’équilibre des systèmes naturels. Il faut aussi remarquer que l’ensemble pouvoir des installations utilisant en domicile et dans la production quotidienne et par tout, est dans quelques fois plus fortes qu’un lancement de la navette même si ce pouvoir est plus distribué. Donc, cette sorte d’influence est nécessaire  d’être étudié pour éviter les conséquences plus graves. 

 

L’organisation d’énergie que l’écologie accepte

Se référant avec les critères donnés d’écologie sécurisée, la hiérarchie d’organisation d’énergie que l’écologie accepte en ce moment peut avoir deux niveaux: 

  • Le premier  niveau – l’installation des générateurs d’énergie sans l’utilisation des sources d’énergie où la décadence de leurs produits est nuisible. Avec ces installations l’énergie est utilisée immédiatement ou elle est accumulée dans un format de la préservation sécurisé. Par exemple, l’énergie est dirigé vers la séparation de l'eau en hydrogène et oxygène, car hydrogène est un pétrole écologiquement absolument claire, et les technologies de l'électrolyse de l'eau existante ont une très haute efficacité (jusqu’à 95% [5]). Aussi, ces technologies de la préservation d’énergie sont particulièrement importantes prenant en compte le caractère instable et pas toujours prévisible des sources d'énergie renouvelables connus jusqu’à maintenant - cela s'applique principalement aux installations éoliennes et solaires.
  • Le deuxième niveau – l’utilisation d’énergie accumulé (préservé).  Comme dans l’exemple avec l’utilisation d’hydrogène, l’hydrogène reçu dans le premier niveau est utilisé comme le pétrole dans le deuxième.    

Le role de science

Ensuite on a la question comment on doit développer l’énergie pour recevoir ces buts? Le développement d’énergie, comme le développement du chaque autre champ d’activité, a deux  directions principales:

  • La première – la création et le développement (y compris le perfectionnement, la révision) des théories fondamentales et scientifiques sur lesquelles est basée l’énergie: cela concerne les sujets de physique, chimie et les autres sciences naturelles. 

  • La deuxième – le développement des technologies sur la base des théories scientifiques présentes. Cela concerne la recherche des sources d’énergie, les technologies qui peuvent extraire cette énergie des sources, et aussi la cherche des technologies de la préservation et de la transportation d’énergie de producteur chez le consommateur.

On peut dire que ces directions sont évidentes pour la majorité de gens. Cependant, malgré les déclarations d’engagement du développement de science, il y a plusieurs des exemples quand les opinions dominantes dans la science, malgré la présence d’alternative et magré les déclarations du développement de science, ne sont pas révisées pendant longtemps.

Quelques exemples du champ de physique. Tous, surtout ceux qui spécialisent en énergie, savent bien le deuxième commence de thermodynamique qui exige l’impossibilité d’instaurer une installation avec l’efficacité équivalent au 1 («une engaine éternelle de deuxième sorte»). Cependant, il y a des alternatives scientifiquement prouvés aux points du vues dominantes pour la deuxième commence de thermodynamique. Par exemple, Tsikovskiy basant sur les travaux de James Maxwell de comportement de gaz dans une colonne verticale, il y a 100 ans a prouvé théoriquement que l’application de deuxième commence de thermodynamique  est limité et n’est pas absolu. Toute cette théorie nous donne un indice que c’est impossible de construire une installation énergétique  avec l’efficacité équivalant à 1. Jusqu’à maintenant tous ces conclusions ne sont pas contestés et bien sûr on doit pas vérifier cette théorie par un expérimente mais en tous cas on ne doit pas passer sous silence l’opinion alternative parce que on croit que "cette théorie n’est pas possible".

Un autre exemple de point du vue scientifiquement prouvé sur l’un des tous les déclarations fondamentales de physique: l’expérimente d'académicien Kozirev avec un télescope miroir et le balance de torsion dont le résultat ne corresponde pas avec la croyance que la vitesse de lumière est la vitesse du maximum de notre univers.

Aussi il y a des exemples du champ des technologies. Un exemple est une méthode de la transportation d’électro énergie complètement neuve  qui a été développé par une équipe d’académicien Strebkov dans l’Université Russe d’Electrification d’Agriculture basant sur les technologies développées par Nikola Tesla à la fin du 19 siècle. Ce sujet concerne les méthodes résonances  qui permettent de transporter l’énergie par une file avec quelques pertes insignifiants dans le conducteur (les pertes en somme sont 1pourcant tandis que les technologies de transportation modernes sont 5-6 pourcent). Bien sur  la sécurité de ces technologies n’est pas encore étudiée mais c’est parce que elles ne recoivaient jamais assez d’attention publique.

Le role d’enseignement

Dans ce texte on a donné quelques points de vues alternatives et scientifiquement prouvés qui après ses démonstrations pendant tout ce temps n’étaient pas ni contestés, ni considérés comme il faut par la société scientifique. Donc, on reçoit une question –ce quoi qu’empêche de réviser dans le temps approprié  la cohérence des opinions et des théories dominantes dans la science? La réponse se cache dans le caractère d’enseignement puisque précisément le système d’enseignement – spécialement l’enseignement primaire et secondaire-  forme les conceptions du monde des gens qui entrent la science. Le caractère d’enseignement présent est fondé pour la plupart sur la mémorisation et les théories scientifiques sont enseignées comme les dogmats immutables.

Mais en même temps, comme si c’est oublié que les plusieurs bases des conceptions scientifiques pendant la vie d’humanité ont maintes fois vécus les changements révolutionnaires, comme pendant l’époque de Galileo.  Plus à dire, ce caractère d’enseignement génère les spécialistes d’étroit esprit qui ne sont pas capables de prévoir les conséquences de leur activité pour la vie de la société en générale et qui en résolvant  un problème technique et privé amènent les problèmes écologiques, y compris la pollution d’environnement. L’exemple le plus fracassant de ce sujet est lié à l’énergie – les technologies d’extraction du gaz de schiste par la fracturation hydraulique.

 

Une approche alternative vers l’enseignement est la formation dans les esprits des élèves d’une conception du monde complète afin que l’individu avec un potentiellement étroit esprit serait capable de:

  • avoir un horizon épais et de tendre d’apercevoir complètement les processus dans la société et biosphère (une approche systématique);
  • prévoir les conséquences de ses travaux;
  • avoir une capacité de penser artistiquement et librement et de réviser ses clichés personnels de perception du monde.

C’est d’autant plus important pour l’épisode du développement de la civilisation présente quand les sciences se développent en touchant et en intégrant plusieurs de sources. Ces processus  se développent sur la base du changement des pensées de gens qui sont adressés vers plus de compréhension d’intégrité, connectivité et l’interdépendance des processus différents.  Ce changement est arrivé parce que les gens ont reçu la nécessité de réapprendre à cause de la modification permanente d’ambiance informatique.  Logiquement ce processus d’intégration des sciences se passe via le développement d’une théorie du niveau plus haut par laquelle on a l’opportunité d’expliquer chaque industrie. Les apparts de compréhension de ces théories sont les langues de communication   interdisciplinaire qui servent comme «les ponts» pour la compréhension des professionnels des industries différents. Ainsi, on doit maitriser, développer et intégrer principalement ces théories dans tous les niveaux du système d’enseignement.

Par ce moyen, en rédigeant les changements dans le système d’enseignement  on peut infléchir le développement de science après quoi arriveront les changements dans le champ d’énergie la  transformant  dans une source de biosphère sécurisé et fournissant une sécurité écologique du système globale économique.

Pour la conclusion il faut remarquer que le caractère d’activité économique est soumis aux besognes des gens. Les besognes des gens à sa retour sont limités par les mœurs et peuvent être soit naturelles, démographiques, ou soit artificielles, dégradants. L’exemple de quoi le développement technique et inapproprié peut causer au développement moral dans le futur est démontré dans un film soviétique "Kin-dza-dza" (1987). C’est pour quoi un rôle principal est aussi joué par la psychologie du développement personnel puisque sur la base psychique d’activité d’individu forment son activité dans la société aussi ses besognes. Par conséquence, parlant sur les changements nécessaires dans le système d’enseignement, la psychologie du développement personnel doit recevoir une attention spéciale, parce que c’est précisément par le développement personnel commence le développement de la société.

Vous pourriez aussi lire l’article du premier rapport présenté pendant le forum à Kazan: "Le développement comme un facteur d’évolution de la science et de la société" http://newyouthpolicy.org/fr/articles-fr/255-facteur-d-evolution

Ajouter un Commentaire


Code de sécurité
Rafraîchir